Laver les ombres par Benameur

Premier livre que je lis de cet écrivain à l’écriture ciselée, précise, qui il me semble, tente de dire au plus près, au plus juste des sentiments difficiles à enserrer avec des mots.

C ‘est bouleversant.

“ La première fois. Et c’est violent. Parce que, dans le même temps, il mesure à quel point chacun est seul.

Une épiphanie double. Maudite.

L’oiseau est seul dans le vol des oiseaux, le mouton dans le troupeau et chaque pierre sur le chemin. Les êtres humains, c’est pareil.

On croit qu’il suffit d’aimer pour faire corps avec le reste. C’est faux.

Dans la lumière rasante de cette fin de journée il apprend qu’il aime et que cela ne suffit pas. Tous les sourires et tous les embrasements n’y feront plus rien. Il faudra vivre avec ça désormais.”

 

“Oui, chaque cœur est seul à respirer.

Et pourtant il aime. Malgré tout.

Tant pis pour le cœur qui panique.

[…] Aimer c’est juste accorder la lumière à la solitude. Et c’est immense.”

Mots clés Technorati : ,